Shopping Cart

Your cart is empty

Continue shopping

Découvrir les singularités du cône d'infusion Flower Dripper de Cafec

Après plusieurs années de recherche, CAFEC – une entreprise japonaise d’accessoires de café – a mis sur pied le Flower Dripper. Cet objet pourrait, au premier coup d'œil, s’apparenter à n’importe quel autre cône d’infusion. Pourtant, sa conception présente quelques subtilités qui tendent à optimiser l’infusion et à faire ressortir le meilleur du café.

 

Trois façons de le différencier :

Les arêtes en forme de fleurs permettent de conserver une couche d’air suffisante entre le filtre papier et le cône d’infusion. Grâce à cet espace libre, le café peut alors prendre de l’expansion et se dilater complètement au contact de l’eau.

Une seule ouverture dentelée assure l’écoulement de l’eau au bas du cône. Sa forme est conçue pour offrir une infusion toujours stable et pour permettre aux délicieuses saveurs de s’exprimer de manière distincte.

La porcelaine Arita dont est fait le Flower Dripper a plus de 400 ans d’histoire. De l’argile de haute qualité mêlée à de la poudre de pierre forme le cône. La pièce est cuite à température élevée : à 1300°C pour être exact. Le Flower Dripper est un objet solide qui garde bien la chaleur lors de l’infusion, en plus de se distinguer par son choix de couleurs pastel.

 

Une méthode d’infusion insoupçonnée : le Osmotic-Flow

Inventée par le fondateur de CAFEC, Shigeji Nakatsuka, la méthode d’infusion Osmotic-Flow est avant tout adaptée au Flower Dripper. Elle peut toutefois être utilisée avec tous les autres types de cônes d’infusion. À première vue, la technique que propose Nakatsuka peut paraître surprenante, puisqu’elle nécessite de ne pas submerger l’entièreté du lit du café, à la différence des méthodes les plus connues. L’eau est plutôt versée au centre de la mouture, puis autour des fines bulles qui surgissent à la surface, afin de créer une pression osmotique continue. Cette dernière est produite lorsque deux solutions contenant une concentration différente de soluté sont séparées par une membrane semi-perméable. Ce déséquilibre de concentration engendre, à travers la membrane, un transfert de molécules de solvant de la solution à faible concentration à la solution à forte concentration. Ce transfert se fera jusqu’à ce que l’équilibre entre les deux solutions soit atteint.

Dans le cas de la préparation d’un café, il y a une différence de concentration entre la poudre de café et l’eau. Les propriétés contenues dans la poudre de café sont transférées dans l’eau qui, elle, a une concentration plus faible. Ainsi, la méthode proposée par CAFEC permet à l’eau de passer à travers la couche filtrante du café moulu et d’induire un mouvement de convection, de telle sorte que le liquide absorbe uniquement, par pression osmotique, les composantes agréables des grains moulus.

Ces quelques étapes peuvent vous guider pour expérimenter la méthode Osmotic-Flow

 

 

1. Rassembler le matériel et préparer l’infusion.

Comme dans les autres méthodes d’infusion manuelle, faites chauffer de l’eau à une température entre 85°C et 94°C (185°F et 201°F), selon vos préférences. Placez votre filtre dans votre Flower Dripper (ou autre cône d’infusion). Assurez-vous de plier le bord marqué du filtre pour qu’il adopte la forme exacte du cône. Ainsi, durant l’infusion, le filtre ne se pliera pas au passage de l’eau, en plus de créer une surface uniforme au fond. Cela vous permettra d’assurer un débit constant lors de la préparation du café. Rincez le filtre. Ajoutez le café très grossièrement moulu à l’intérieur. Agitez le cône pour que le café forme une surface plane. Placez votre kit d’infusion (cône, café et carafe) sur une balance mise à zéro. Voir les filtres

2. Faire le bloom.

L’idée est de verser d’abord de l’eau au centre de la surface du café en effectuant une forme de spirale (de petits cercles de plus en plus grands). Alors que les gaz contenus dans le café sont libérés au contact de l’eau, vous allez voir la poudre de café prendre de l’expansion et former un dôme. Le bloom permet à la membrane poreuse du café de s'ouvrir et à l’eau d’y pénétrer. Attendez une trentaine de secondes, jusqu’à ce que la surface du café craquelle. 

3. Infuser le café.

Une fois l’étape du bloom terminée, versez lentement de l’eau au milieu du lit du café jusqu’à ce que des bulles s’élèvent. Il est important à ce point-ci de l’infusion de limiter la quantité d’eau pour éviter une immersion totale. Faites en sorte que l’eau s’écoule du bec de votre bouilloire en un mince filet. Lorsque vous voyez apparaître des bulles fines, arrêtez quelques secondes, le temps que l’eau soit entièrement filtrée. Les bulles vont légèrement s’affaisser et vous pourrez verser à nouveau une petite quantité d’eau, toujours au centre du dôme de café. Répétez ce geste jusqu’à ce que vous atteignez le tiers du volume désiré de café. Le goût final à la tasse dépend de cette étape. 

Voir les bouilloires

4. Ajuster la densité et le volume du café.

La dernière étape consiste à verser de l’eau sur le pourtour des bulles. L’idée est d’y aller doucement pour éviter de les crever. Suivez la forme circulaire du dôme jusqu’à obtenir la quantité finale de café souhaitée. Agitez la carafe pour bien mélanger le café et dégustez dans votre tasse préférée. Voir les contenants d'infusion

Souvenez-vous que, pour réussir une infusion avec la méthode Osmotic-Flow, il ne faut pas verser sur les bords de la surface de café ni submerger entièrement le lit du café. L’important est de maintenir un écoulement stable de l’eau à travers la poudre de café et de s’assurer qu’elle soit filtrée au fur et à mesure.

Notez que le Flower Dripper est offert en deux formats : celui d’une tasse et celui de deux à quatre tasses. Assorti à un filtre papier ou à un filtre réutilisable, il peut devenir un incontournable pour la préparation de vos cafés filtres.

La Société des Cafés est distributeur canadien des produits CAFEC. Pour plus d’informations, visitez le site officiel de CAFEC. https://cafec-jp.com

Voir tous les produits d'infusion manuelle CAFEC

 

Recherches et rédaction : Chloé Pouliot